dimanche 27 juillet 2014

Bilan d'une année à l'école (privée)

Nous avons dans notre ville une école privée très bien coté et catholique, Notre dame des oiseaux. Quand Anaïs est passée en CP nous nous étions posé la question de l'y inscrire et puis nous avons tous les 2 été dans des écoles public, alors nous avons décidé de laisser une chance à l'école public puisque nous sommes dans une ville relativement calme.
Bien mal nous a pris, nous n'avions pas pensé que dans cette école, il y avait aussi une classe de CLIS et aussi les élèves d'un village d'à coté avec quelques problèmes.
Finalement sa première année a été un vrai calvaire pour elle (et pour nous aussi d'ailleurs). Elle n'a pas eu de difficulté dans l'apprentissage, heureusement elle capte vite. Mais par contre, nous avions des pleurs et des cris soir et matin pour ne pas y aller.
Un jour, en la déposant, je me suis rendue compte que dans la cours, comme elle était plus petite que la normale, les enfants de la CLIS la prenait pour une poupée et que les maîtresses qui étaient juste à coté ne réagissaient pas. Rien de méchant, mais la pauvre Anaïs pour elle ça devait être l'enfer.
Quand j'ai pris RDV avec sa maîtresse, qui était aussi la directrice, pour savoir comment ça se passait en classe a été très étonnée de ma demande car pour elle Anaïs était vraiment l'élève idéal : "Elle ne dit rien en classe sauf si on l'interroge, c'estvraiment une élève très tranquille. d'ailleurs, je l'ai mis à coté de X pour le canaliser un peu". A partir de là, notre décision était pris, nous ferions le maximum pour la changer d'école.

Il a fallu 2 ans pour obtenir une place et encore en inscrivant Simon pour qu'Anaïs devienne prioritaire.

Donc à la rentrée dernière, Anaïs et Simon ont intégré leur nouvelle école (avec il faut le dire beaucoup d'appréhension pour Anaïs).

J'avoue que déjà à la rentrée moi j'étais conquise. Tout est super organisé :
          • on reçoit à la maison début juillet, l'ensemble des documents à remplir, la liste des fournitures, le réglement que chaque enfant doit signer et les dates des RDV importants pour le 1er semestre.
          • les élèves doivent porter une blouse avec leur nom pour qu'ils puissent être tous mis sur un pied d'égalité et individualisé en même temps
          • la rentrée est échelonné par niveau
          • pour les maternelles, il y a des rentrés en petits groupes pour qu'ils prennent le temps de bien les accueillir
          • il y a un petit rituel pour la répartition dans les classes, la directrice appelle classe par classe chaque élève individuellement et la maîtresse les accueille sous le préau pour former un rang avant de rentrer dans l'école
Reste donc à voir le reste de l'année. . .

Au bout d'une semaine, Anaïs en rentrant de l'école m'a dit un soir qu'elle aimait bien cette nouvelle école car (de ses propres mots) "les consignes sont claires et c'est moins le bazar".

Chaque soir, les devoirs étaient fait avec plaisir sans cris, ni pleurs et très rapidement le matin Anaïs a pu aller seule et sans pleurs dans la cours de l'école.
Le pari était donc gagné.

Du coté de Simon, cela a été un peu plus difficile. Même s'il s'est très rapidement fait des copains. La discipline imposé même en maternelle a été très difficile à accepté. Est-ce une bonne ou mauvaise chose, je ne sais pas trop dire mais en tout cas, je ne me fait plus trop de soucis pour lui en CP, il a bien appris à ce tenir en classe et il a hâte d'apprendre à lire.

Donc les points positifs pour nous de cette nouvelle école :
  • le fait qu'ils fassent attention aux élèves individuellement, bon comme moins discipliné.
  • le fait qu'ils récompensent les bonnes attitudes et sanctionnent les comportements inappropriés
  • le fait qu'ils leur apprennent à être solidaires (notamment avec le marchathon pour collecter de l'argent pour offrir un chien guide d'aveugle remis à son nouveau propriétaire le jour de la fête de l'école)
  • le cadre qui il faut le dire est exceptionnel
  • la discipline de travail pour apprendre aux enfants à se respecter les uns les autres
Les petits moins, car il faut l'avouer, tout n'est pas parfait non plus :
  • la cantine commune du CP au lycée
  • la garderie un peu trop peu équipée et où les enfants s'occupent tout seuls même s'il y a du personnel pour surveiller
  • les devoirs (il y en a vraiment beaucoup à mon sens mais bon c'est le pendant d'un accent mis sur le travail)
  • la discipline où aucune petite erreur n'est autorisé
J'avoue que je ne regrette pas une seconde d'avoir inscrit Anaïs dans cette nouvelle mais si Simon avait été le premier je pense qu'il n'aurait pas eu autant de soucis à l'école et que peut-être nous n'aurions pas fait ce choix. Au moins, même si appréhende quand même son entrée en CP l'année prochaine, je suis rassurée sur l'ambiance de travail et les moyens qui sont mis à sa disposition pour pouvoir l'accompagner.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire